La hausse des surfaces touchées par la vacance commerciale se ralentit quelque peu en Belgique. Elles représentent 9,6% du parc total.

Plus de 20.000 locaux commerciaux sont vides.

Le taux de surfaces commerciales inoccupées a légèrement progressé en Belgique en 2016. On y compte désormais plus de 20.000 locaux vides sur un total de 209.329, soit une proportion de 9,6%. Ce chiffre s’établit à 9% en Flandre, 10% à Bruxelles et 11% en Wallonie.

En 10 ans, 3.000.000 m² supplémentaires dédiés à la vente au détail.

En 2016, 1.549 locaux commerciaux ont disparu de cet inventaire, par exemple suite à une démolition ou une transformation en logements. En dépit de ce prélèvement significatif, le nombre de surfaces commerciales inoccupées a pourtant encore progressé.

Il faut aussi noter que, malgré la baisse du nombre de magasins, la surface commerciale totale dédiée à la vente s’est accrue de plus de 100.000 mètres carrés en 2016. Cette même surface totale (en activité ou vacante) s’est étendue de presque 3.000.000 mètres carrés en 10 ans.

Nous observons encore que la durée d’inoccupation des commerces en Belgique s’allonge. La vacance structurelle (une inoccupation supérieure à trois ans) progresse dans toutes les régions au rythme le plus rapide.

De grandes différences en termes de vacance commerciale selon le type d’implantation.

C’est dans les plus grands noyaux urbains en Belgique que la vacance commerciale s’affiche au plus haut, autour de 15%. Dans les situations périphériques (bâtiments commerciaux isolés, magasins sur axes routiers, show-rooms de mobilier), le taux est bien plus favorable: autour de 6%. Les shopping centers enregistrent également un meilleur taux d’occupation, puisque la vacance commerciale y est en moyenne de 5,6%.


Quels sont les secteurs qui apportent la plus importante contribution?

Les différences ne concernent pas seulement la région ou le type d’implantation, elles varient aussi en fonction des secteurs du commerce.

Le Top 5 des secteurs qui réoccupent des locaux commerciaux vacants en 2016:

  1. Restaurants (75)
  2. Cafés (61)
  3. Salons de coiffure (56)
  4. Fastfood (45)
  5. Minisupers/magasins de proximité (44)

Alors que c’est essentiellement le secteur des services qui récupère aux Pays-Bas les locaux commerciaux en mal d’occupants, tel n’est pas le cas en Belgique. Et à parcourir cette liste belge de nouveaux occupants, on s’aperçoit que ce sont souvent des secteurs comparables qui sont tout autant à l’origine de la vacance commerciale.

Top 5 des secteurs contribuant le plus fortement à la vacance commerciale en 2016:

  1. Cafés (156)
  2. Commerces prêt-à-porter dames (104)
  3. Restaurants (78)
  4. Salons de coiffure (60)
  5. Minisupers/magasins de proximité (54)

Origines de la vacance

Il se construit manifestement en Belgique davantage de locaux commerciaux que ce que le marché est capable d’absorber. Si l’on cherchait compenser ces nouveaux bâtiments, il conviendrait de retirer de l’inventaire bien davantage de locaux commerciaux qu’on ne le fait aujourd’hui. Ceci aiderait à préserver  la santé du marché pour les locaux à destination commerciale.

Signalons enfin pour conclure que, en dépit de la disparition d’un large nombre de locaux du parc total, la vacance commerciale – qu’elle soit mesurée en nombre de locaux ou en mètres carrés – continue de progresser pour la 10e année consécutive.

Complément d’informations? Commandez-le Rapport de vacuité Belgique 2017 avant le 15 mars pour bénéficier d’une réduction !

Commandez-le avant le 15 mars

Vacuité des locaux commerciaux

L'inoccupation des magasins. Tout le monde en parle aujourd'hui. Et afin de mettre un terme à toutes les 'rumeurs' qui circulent à propos de l'inoccupation des espaces commerciaux, Locatus publie chaque année un rapport l'etat dínoccupation: tant pour la Belgique que pour les Pays-Bas.


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Posez votre question à Stéphane Roumieux

Depuis des années, Stéphane conseille les acteurs immobiliers, le gouvernement et les détaillants. Il passera volontiers chez vous pour vous fournir de plus amples explications à propos de nos banques de données et applications.