La vacuité des emplacements commerciaux connaît une augmentation sans précédent en Belgique

Néerlandais

Pour la 12e année consécutive, le nombre d’immeubles commerciaux inoccupés augmente en Belgique. Cette année, la vacuité atteint le niveau historiquement élevé de 11,2 %. Au début de l’an dernier, elle était encore de 10,3 %. L’augmentation de 0,9 % en 2019 est également la plus forte augmentation depuis que Locatus enregistre les taux de vacuité en Belgique.

Locatus a commencé à observer la vacuité en 2008, époque à laquelle celle-ci n’était encore que de 5,1 % pour les immeubles. Elle a donc plus que doublé en 12 ans.

vacuite belgique Locatus

Avec un pourcentage de 9,9 %, la vacuité en termes de mètres carrés commerciaux est inférieure à la vacuité en termes de nombre d’immeubles. Un an plus tôt, celle-ci, sur la base de la superficie, était de 9,3 %. L’augmentation de la vacuité en termes de mètres carrés commerciaux est donc moins marquée, ce qui s’explique par le fait que ce sont surtout les plus petits immeubles commerciaux qui se vident.

Suroffre et e-commerce

La vacuité croissante des immeubles est étroitement liée à la suroffre de surfaces commerciales sur le marché belge. C’est principalement la conséquence de l’e-commerce et du développement marqué de l’offre en termes de surfaces commerciales en dehors des centres villes.

Ce sont les secteurs souffrant de la concurrence acharnée de l’e-commerce qui enregistrent la plus forte régression. Nous observons la diminution relative la plus marquée du nombre d’immeubles commerciaux dans le secteur des antiquités/art. L’explication tient dans le fait que les consommateurs vendent directement ces articles eux-mêmes sur 2ememain.be. Après ce secteur, la diminution relative la plus marquée se note successivement au niveau des petits et gros appareils électroménagers, des articles de sport et des jouets, ainsi que des chaussures. Chacun de ces trois secteurs subit la concurrence élevée des achats sur Internet.

Moins d’immeubles « retail » réaffectés

En 2018, la vacuité a progressé de manière très limitée, car près de 2.500 immeubles commerciaux ont été réaffectés. En 2019, seuls 500 immeubles commerciaux ont été réaffectés, de sorte que le nombre de magasins vacants a grimpé en flèche.

Forte hausse des mètres carrés commerciaux le long
des axes commerciaux périurbains

La troisième raison de cette forte augmentation est qu’en 2019, le nombre de mètres carrés commerciaux a à nouveau fortement progressé en Belgique. Alors qu’en 2018, le nombre de mètres carrés commerciaux avait à peine progressé, en 2019, près de 300.000 m² supplémentaires sont venus s’ajouter. Cette augmentation s’est produite presque entièrement en dehors des centres villes, et en particulier le long des axes commerciaux périurbains.

La vacuité est la plus élevée en Wallonie

La vacuité est élevée dans toutes les régions et en progression par rapport à l’an dernier. La plus forte augmentation est notée en Wallonie, où elle était déjà largement supérieure à la moyenne belge en 2018.

vacuite belgique Locatus 

Irréversible

Le marché « retail » subit donc une pression élevée de l’e-commerce, de sorte que la demande pour des surfaces « retail » physiques est en diminution. Cette situation combinée à la croissance des magasins le long des axes commerciaux périurbains, entraîne une augmentation supplémentaire de la vacuité des immeubles commerciaux. Cela correspond également au fait que les immeubles devenus vacants l’an dernier ont été moins nombreux à être réaffectés. Les immeubles les mieux adaptés ont-ils déjà été transformés ou la réaffectation mérite-t-elle davantage de temp et d’attention ? Il est clair que le phénomène de la contraction du marché des surfaces commerciales est irréversible, et qu’il convient d’agir.

Vacuité des locaux commerciaux

L'inoccupation des magasins. Tout le monde en parle aujourd'hui. Et afin de mettre un terme à toutes les 'rumeurs' qui circulent à propos de l'inoccupation des espaces commerciaux, Locatus publie chaque année un rapport l'etat dínoccupation: tant pour la Belgique que pour les Pays-Bas.